Dire oui à Dieu

B
image name


Brian Holland verse du café à l’un des clients réguliers de Phoenix Roasters, mais lorsque l’homme sort son portefeuille, Brian lui dit : « Laisse faire. » Sur des étagères derrière lui, on a déposé des sacs de jute remplis de grains de café non torréfiés au-dessus desquels se trouve une bannière portant un emblème : un phénix encerclant une branche de cerises de café.

Si vous demandez à Brian ce qu’il fait dans la vie, il vous dira qu’il travaille à temps plein tant comme pasteur que comme torréfacteur de café. En effet, il passe environ 60 heures dans l’entrepôt à superviser la production, à coordonner l’envoi des marchandises et à rencontrer des partenaires. Chaque dimanche matin, dans un coin de l’entrepôt, Brian vit son premier appel en tant que pasteur; il dirige une petite assemblée composée de gens brisés et négligés de sa communauté.

Avant de démarrer son entreprise de café et d’implanter une Église, Brian a travaillé onze ans comme pasteur de jeunesse. Il a fallu une rencontre fortuite avec le pasteur Stanley pour que Brian fasse un saut de foi. Après que Brian lui a révélé son rêve et ses craintes, le pasteur Stanley lui a dit : « Ne savez-vous pas que Dieu prendra soin des besoins de celui qui se confie entièrement à lui? »

Il a fallu une rencontre fortuite avec le pasteur Stanley pour que Brian fasse un saut de foi.

Cette question guide la philosophie du ministère de Brian jusqu’à ce jour. Plutôt que de se procurer du café au besoin, il achète toute une récolte en versant d’avance aux producteurs dix fois le prix du commerce équitable. Cela permet d’aider les fermiers missionnaires en Amérique centrale et assure un revenu à leurs travailleurs migrants. Brian gère donc Phoenix Roasters par la foi. Il doit s’appuyer sur Dieu pour qu’il lui fournisse les clients et les partenaires locaux nécessaires, que l’entreprise vende son café et qu’elle génère assez de profits pour survivre. Cependant, Brian investit la plus grande partie de l’argent gagné dans l’implantation d’Églises, et les fermiers utilisent leurs profits pour servir les démunis.

Parce que Brian a obéi à l’appel de Dieu, trois magasins ont été établis dans la région d’Atlanta, et de nombreuses personnes marginalisées dans des villages de l’Amérique centrale sont servies avec gentillesse, amenées à la foi, et formées comme disciples par le moyen du Messenger. Pendant ce temps, Brian garde les yeux fixés sur l’avenir, où la moisson est grande. Il sait que, pour participer à la récolte, il suffit d’avoir de la foi de la taille d’un grain de sénevé, – et peut-être quelques grains de café.


Photo de Joseph E. Miller

histoires connexes

Qu'advient-il de mes notes
BackgroundColor
Lumière
Aa
Sombre
Aa
Taille de police:
A
A
A