Un espoir naissant de l’intérieur

Chaque jour, Jacqueline Adalbert se réveille au bruit du vent dans les arbres près de sa hutte à toit de paille. Sur un mur se dresse une grande carte du monde où se trouve un point rouge indiquant le camp de réfugiés de Nyarugusu, en Tanzanie. C’est là qu’elle vit depuis vingt ans.

image name

Tandis que de nombreuses femmes sont mariées ou enceintes à l’âge de 16 ans, Jacqueline, 24 ans, est toujours célibataire. Une des seuls résidents de ce camp à y travailler, elle enseigne au niveau primaire et, en tant qu’aînée de sa famille, elle dépense la majorité de son revenu hebdomadaire à acheter de la viande et des légumes pour suppléer la ration de fèves, de farine, d’huile et de sel des siens. Contrairement à ses parents, Jacqueline n’a aucun souvenir de leur vie au Congo, sauf du jour où ils ont fui et qu’elle voudrait oublier.

Jacqueline avait quatre ans, lorsqu’un groupe d’hommes en uniforme sont entrés chez elle et ont tout emporté. Tandis que les soldats ordonnaient à sa famille de partir et de ne jamais revenir, ils ont laissé des traces atroces : des balles dans le dos de son père, des coups de machette dans la jambe de sa mère et le corps sans vie de sa petite sœur. Depuis lors, Jacqueline essaie de réconforter sa famille, mais elle se sent souvent impuissante.

Grâce au Messager, ses parents ont aussi commencé à guérir en présentant leur chagrin au Seigneur.

Cette année, la société biblique de la Tanzanie a invité Jacqueline à participer à des séminaires sur la guérison de traumatismes. C’est là qu’elle a amorcé son propre processus de guérison en apprenant comment faire son deuil et confier sa douleur à Dieu. On lui a remis des appareils Messager d’En Contact pour animer des groupes de guérison dans son Église et son village. Stockés de messages relatifs aux traumatismes, de sermons du pasteur Stanley et de la Bible, les Messager portent déjà du fruit, en commençant par sa famille.

Jacqueline a offert des Messager à ses parents, grâce auxquels eux aussi ont commencé à guérir en présentant leur chagrin au Seigneur. Jacqueline enseigne chaque semaine à son Église, en se servant des Messager pour amener de petits groupes à discuter de leurs traumatismes. Elle prête également l’appareil à des voisins dans le besoin, y compris un couple dont le mariage battait de l’aile après l’arrivée d’un enfant mort-né.

Jacqueline prie quotidiennement afin de pouvoir partir du camp. D’ici là, elle est déterminée à s’enraciner dans la Parole de Dieu et à aider les autres à entretenir l’espoir qui se trouve en Jésus-Christ.

histoires connexes

Qu'advient-il de mes notes
BackgroundColor
Lumière
Aa
Sombre
Aa
Taille de police:
A
A
A