Mes Signets

Connectez-vous ici pour créer des signets!

Assumer son rôle de parent avec Dieu

Quand il s’agit d’élever vos enfants, n’essayez pas de le faire seul.

de Mimi Greenwood Knight

Faites-vous confiance à Dieu en ce qui a trait à vos finances? Bien sûr. Lui faites-vous confiance à l’égard de votre emploi? Certainement. Votre foyer? Votre mariage? Votre avenir? Oui. Oui. Oui. Faites-vous confiance à Dieu en ce qui concerne vos enfants? Eh bien… j’essaie.

Même si, comme pour la plupart des parents, vous savez que vous pouvez et que vous devriez confier entièrement vos enfants à Dieu, vous avez de la difficulté à le faire.

Dès l’instant où nous voyons nos beaux petits paquets d’amour crier par la fenêtre de la pouponnière, nous sommes fermement résolus à les protéger, à les nourrir et à créer un environnement où ils pourront s’épanouir et grandir pour devenir tout ce que Dieu a prévu qu’ils soient. Durant les premières années, s’ils se font un petit bobo, c’est notre tâche de l’embrasser. Et peu importe leur âge, quand ils ont une peine, nous voulons l’atténuer.

Mais il est facile d’oublier que nous ne sommes pas le PDG de cette opération. Le Créateur, qui tisse les enfants dans notre sein leur mère (Psaumes 139.13) et qui connaît le nombre de leurs cheveux (Matthieu 10.30), a un plan pour leur vie. Évidemment, c’est très bien en théorie, mais dans quelle mesure faites-vous entièrement confiance à Dieu quand votre enfant devient dangereusement malade ou quand il fait un choix qui engendre de douloureuses conséquences, ou quand vous ne réussissez pas à le joindre pendant toute une soirée? Qu’arrive-t-il quand vous doutez de vos capacités parentales ou que votre imagination vous rappelle tout ce qui pourrait tourner mal?

Dieu n’a jamais dit qu’être parent serait facile (pardonnez-moi le cliché), mais il a dit qu’il ne nous laisserait, ni ne nous abandonnerait (Hébreux 13.5). Et il nous rappelle que nous pouvons tout par celui qui nous fortifie (Philippiens 4.13). Nous savons aussi qu’il ne nous a pas donné un esprit de timidité ou de crainte, mais un esprit de puissance, d’amour et de sagesse (2 Timothée 1.7). Ce sont toutes des promesses sur lesquelles nous pouvons nous reposer, peu importent nos luttes.

Faire confiance à Dieu pour nous équiper

Pour mon amie Hope, simplement croire que Dieu l’aiderait à être une bonne mère était tout un défi. Elle a pleuré quand elle a su qu’elle était enceinte. « Je n’ai jamais eu une relation étroite avec ma mère, explique-t-elle. Comment pourrais-je élever une petite fille alors que je n’ai eu aucun exemple à suivre? » En conduisant sa voiture pour se rendre au travail, Hope parlait à sa fille à naître et lui promettait d’être une meilleure mère que celle qu’elle avait eue, afin de bâtir la relation qu’elle-même n’avait jamais connue – tout en se demandant si Dieu n’avait pas commis une erreur.

« Quelque part, à cause de toutes mes préoccupations sur la manière dont mon passé aurait des conséquences sur ma relation avec ma fille, confie-t-elle, j’ai oublié que Dieu m’avait choisie parmi toutes les femmes du monde pour prendre soin de cette petite fille. Je vois maintenant qu’il savait ce qu’il faisait, et il m’a donné les outils dont j’avais besoin, au moment opportun, pour être la bonne mère pour mes enfants. Maintenant, je ne peux imaginer vivre une autre vie. »

Faire confiance à Dieu pour les corriger

Dans mon rôle de parent, une des choses que j’ai trouvée le plus difficile a été de ne pas en faire trop pour mes enfants, c’est-à-dire ne pas ramasser leurs traîneries, ne pas me précipiter à l’école parce que l’un a oublié ses vêtements d’éducation physique ou l’autre, sa clarinette, ne pas leur acheter tout ce dont ils croient avoir besoin. Il peut être difficile de ne pas intervenir immédiatement et voler à leur rescousse quand ils ont commis une erreur. Même quand nous savons que la correction est bonne pour eux, il peut être tentant d’arranger tout pour le mieux – « rien que pour cette fois-ci ».

Mais nous devons nous poser la question suivante : Aidons-nous vraiment nos enfants à façonner leur caractère? L’Écriture offre cette vue d’ensemble :

  1. Dieu a un plan parfait pour la vie de vos enfants (Psaumes 37.23).
  2. Ce plan comprend la correction empreinte d’amour, nécessaire pour devenir l’homme ou la femme que Dieu a prévu qu’ils soient (Proverbes 3.12).
  3. Dieu peut utiliser merveilleusement même les choses les plus difficiles que vos enfants puissent supporter – qu’ils en soient responsables ou non – pour révéler sa gloire et former leur caractère (Romains 8.28).

Carol, une autre amie, a vécu tout un cauchemar quand son fils a été arrêté pour trafic de drogues. « Quand j’ai su que mon enfant allait faire de la prison, j’ai éprouvé un énorme sentiment d’impuissance, rappelle-t-elle. Au début, mon mari et moi étions forts, sachant que nous avions remis notre fils entre les mains de Dieu. Mais au fil du temps, voyant que ses perspectives de libération s’amenuisaient, j’ai eu l’impression que ma foi ne suffisait plus. »

Elle a décidé qu’il lui revenait d’essayer de sauver son fils, mais lorsqu’il a reçu une peine de dix ans, elle s’est effondrée. « Puis, Dieu m’a ouvert les yeux pour que je prenne conscience que mon fils était vivant. C’est alors que je l’ai vraiment abandonné au Seigneur. » Carol voit maintenant la grâce de Dieu dans la situation de son fils. « Je me rends compte que, si j’avais pu trouver un moyen de le faire libérer, il ne serait probablement pas en vie aujourd’hui. Compte tenu de toutes les choses dans lesquelles il était impliqué, je pense que la prison lui a sauvé la vie. Parfois, nous croyons que nous sommes les seuls qui puissions faire ce qui doit être fait. Dieu doit nous rappeler qu’il est aux commandes et qu’il peut beaucoup mieux que nous protéger nos enfants. »

Faire confiance à Dieu pour sauver et garder nos enfants

Proverbes 22.6 nous exhorte ainsi : « Instruis l’enfant selon la voie qu’il doit suivre; et quand il sera vieux, il ne s’en détournera pas. » Mais qu’arrive-t-il quand nous voyons nos enfants dévier de cette « voie »? Nous devons alors nous rappeler que nos enfants sont des chefs-d’œuvre de Dieu, créés en Christ pour les grands projets qu’il a prévus pour eux (Éphésiens 2.10).

Quand il s’agit de nos enfants, nous pouvons lutter pour les abandonner à Dieu. Le fait que le Saint-Esprit a rappelé à mon amie Teena sa propre histoire l’a aidée. « J’ai reconnu Christ comme mon Sauveur à l’âge de 15 ans, alors que je cherchais dans plein de choses négatives, rappelle Teena. Mes parents rejetaient ma nouvelle “religion” et me défendaient même d’aller à l’église. Mais me voici. Je me suis rendu compte que si Dieu a pu me garder contre toute attente, je pouvais certainement lui faire confiance d’en faire autant pour mon enfant. 

« Depuis que notre fille est petite, mon mari et moi avons cru que notre tâche consistait en fait à accomplir un travail pour un certain temps. Notre but était de lui enseigner la voie que Dieu veut qu’elle suive, de lui donner l’exemple d’une vie pieuse, puis de laisser la place au Seigneur et lui faire confiance pour l’avenir. Cela ne voulait pas dire que ce serait facile de la voir quitter le nid familial. Mais notre consolation était de savoir que son Parent parfait ne la laisserait jamais et qu’il pourvoirait toujours à ses besoins. »

Philippiens 1.6 nous rappelle que « celui qui a commencé en vous cette bonne œuvre la rendra parfaite pour le jour de Jésus-Christ ». Notre Père céleste est engagé à mener à bonne fin tout ce qu’il commence, y compris quand nous lui remettons le flambeau qu’il nous avait lui-même passé pour un temps.

 

Les dons de l’Esprit (2)

30 octobre 2014

gratuitement à notre magazine aujourd'hui!
Plan du site
Conduire les gens dans le monde entier vers une relation croissante avec Jésus-Christ et fortifier l'Église locale.
Copyright 2014 En Touch ministères
A: P.O. Box 7900, Atlanta, GA 30357
P: 1-800-IN TOUCH