La puissance de l’amour

  • février 14, 2018
mercredi 14

LUC 15.11‑24

Les limites de la langue française nous empêchent parfois de bien saisir certains concepts bibliques. Nous n’avons qu’un seul mot pour amour, mais le grec en utilise plus d’un. Philéô parle d’un sentiment d’affection pour les frères et sœurs dans la foi, tandis qu’agapê implique un engagement sacrificiel envers la sécurité, la satisfaction et la croissance d’autrui. Voilà le genre d’amour que Dieu nous porte et que le Saint‑Esprit produit dans les croyants.

La meilleure façon de comprendre l’amour agapê serait d’en étudier un exemple. Dans la parabole du fils prodigue, Jésus décrit l’amour sacrificiel du père pour son enfant rebelle. Quand le jeune homme a demandé d’avance son héritage à son père, celui‑ci ne lui a pas refusé sa requête, même s’il savait que son fils en souffrirait. Malgré les sacrifices personnels et financiers que ce geste lui imposait, il a donné sa part d’héritage à son fils. Puis il a attendu patiemment que son enfant apprenne une dure leçon.

Cette période a sans doute été éprouvante pour le père, car un bon parent cherche à empêcher ses enfants de commettre des erreurs et d’en subir les conséquences. Cependant, une personne sage sait aussi que certaines vérités doivent s’apprendre par l’expérience. Il arrive que la meilleure chose que nous puissions faire pour nos enfants, ce soit de les remettre au Seigneur pour qu’il touche leur cœur insoumis.

L’amour agapê ne fait pas que laisser aller; il pardonne et restaure. Quand le fils est revenu à la maison, humble et contrit, le père l’a reçu et l’a réintégré à sa famille, comme notre Père le fait pour nous.

LA BIBLE EN UN AN : NOMBRES 17 – 19

Qu'advient-il de mes notes
BackgroundColor
Lumière
Aa
Sombre
Aa
Taille de police:
A
A
A
loader
Date de publication février 21, 2018
Semer et moissonner

Read Now
DailyDevotionNotFound
DevotionArchiveNotAvailable