Délicat équilibre

image name


Comment l’Église devrait traiter les inconnus

Un chef de l’armée syrienne a un jour fait une rencontre extraordinaire avec le peuple de Dieu et a été témoin tant d’altruisme que d’irritation. Aujourd’hui, beaucoup d’incroyants ont probablement vécu des expériences semblables par rapport à l’Église. Ce récit de l’Ancien Testament en dit long sur l’influence que nous exerçons sur l’opinion que le monde se fait des chrétiens. Et ses sentiments pourraient être plus ambivalents que nous le pensons.

Lire

Pour mieux profiter de la présente étude biblique, lisez 2 Rois 5. Demandez d’abord au Seigneur de vous y montrer la vérité. En imaginant la scène, notez tout ce qui vous étonne, vous rend perplexe ou même vous offense. Par-dessus tout, faites confiance à Dieu; il est le meilleur enseignant.

Passage clé : 2 Rois 5

Arrière-plan

À l’époque des prophètes en Israël, la situation est tendue entre les Israélites et les Araméens, leurs ennemis en Syrie. Le prophète Élisée vit près du Jourdain et est connu pour les miracles qu’il opère à la gloire de Dieu.

Réfléchir

Une petite fille israélienne, emmenée captive en Syrie, est au service de la femme de Naaman, le chef de l’armée syrienne. Même si la fillette est essentiellement sa prisonnière, elle éprouve de la pitié pour Naaman qui est atteint de lèpre, et elle veut qu’Élisée le guérisse.

Au verset 3, la fillette parle à sa maîtresse de la maladie de Naaman et commence sa phrase par le mot hébreu achalay, généralement traduit par « Oh! » ou « puissse », qui exprime un désir ardent. À votre avis, que ressentait-elle au sujet de Naaman? De Dieu? D’elle-même? En pensant à un non-croyant en particulier, éprouvez-vous la même chose que la fillette?

En réfléchissant aux paroles de Jésus en Matthieu 5.44,45, vous sentez-vous mal à l’aise de demander à Dieu qu’il bénisse des incroyants, même si vous ne vous attendez pas à ce qu’ils se tournent vers lui? En 2 Rois 5.3, les paroles de la jeune servante changent-elles votre point de vue?

Après avoir lu la lettre du roi d’Aram, le roi d’Israël déchire ses vêtements et dit : « Suis-je Dieu? » (v. 7). Pourquoi croyez-vous qu’il a répondu ainsi à un étranger dans le besoin? Votre expérience de la fidélité de Dieu vous aiderait-elle à réagir différemment?

Suite de l’histoire

Dieu résiste aux orgueilleux, mais il fait grâce aux humbles » (Ja 4.6). C’est une vérité que nous devons tous apprendre, et le plus tôt sera le mieux.

Remarquons que Naaman est irrité quand Élisée ne vient pas l’accueillir et qu’il se sent offensé par l’action apparemment insignifiante que le prophète exige de lui (2 Rois 5.9-12). Qu’est-ce qu’Élisée voulait accomplir par cet étrange accueil?

L’Église doit étonner les étrangers par son grand amour, tout en maintenant un sens aigu du bien et du mal.

Avez-vous eu à vous soumettre à la volonté de Dieu concernant une chose avec laquelle vous n’étiez pas d’accord? La stratégie d’Élisée vous révèle-t-elle une relation entre l’orgueil et la Loi? Entre l’humilité, l’obéissance et la bénédiction?

Le verset 12 mentionne que Naaman est parti « avec fureur ». Connaissez-vous un incroyant qui a réagi ainsi aux exigences de Dieu? Comment l’Église peut-elle gérer ce problème avec sensibilité et amour?

Avez-vous eu à « fermer la porte » à quelqu’un en lui faisant voir clairement où trouver Dieu s’il le désirait. Décrivez ce qui a rendu la situation difficile. Si vous avez depuis remarqué un changement de direction chez cette personne, qu’est-ce qui peut y avoir contribué?

Réfléchir

Aux versets 21 et 22, le serviteur d’Élisée veut s’emparer des présents de Naaman. Au chapitre suivant, le prophète donne l’ordre au roi d’Israël d’épargner l’armée syrienne, de lui donner du pain et de l’eau et de la laisser retourner chez son maître.

Aimer les pécheurs ne devient un problème que lorsque nous diluons la Parole de Dieu par crainte d’offenser quelqu’un ou dérogeons à nos principes pour être acceptés.

Guéhazi réclame secrètement les cadeaux offerts par Naaman (v. 20-27) et est puni. Selon 1 Jean 2.15 et Matthieu 10.8, pourquoi Guéhazi a-t-il mal agi ? Quelle était sa motivation?

Connaissez-vous des chrétiens qui désirent davantage obtenir les choses du monde que de donner au monde ce qu’ils ont? Cela vous est-il déjà arrivé?

En considérant les paroles du Seigneur en Matthieu 5.16, pourquoi pensez-vous qu’Élisée a refusé les cadeaux de Naaman? Quelle impression du peuple de Dieu Élisée et Guéhazi ont-ils chacun laissée à Naaman?

En 2 Rois 6, Élisée use de miséricorde envers les Syriens, qui sont venus pour le tuer, mettant ainsi fin aux hostilités entre Israël et les Araméens. Ce n’est qu’en ayant une relation intime avec le Seigneur que nous pouvons savoir quand fermer ou non une porte. Ce qui peut être contre-productif un jour pourrait produire de merveilleux résultats le lendemain.

Récapituler

Au cours des prochaines semaines, utilisez la partie suivante pour réviser l’étude et voir comment son message s’applique à votre vie.

L’Église doit étonner les étrangers par son grand amour, tout en maintenant un sens aigu du bien et du mal.

Dieu appelle les chrétiens à vivre leur foi « avec crainte et tremblement » (Ph 2.12) et à garder ses commandements sans faire de compromis (Jn 14.21), mais aussi à montrer aux incroyants le cœur accueillant de Dieu et sa bonté. Est-il possible de leur témoigner les deux en même temps? Ne pas pondérer les deux peut-il leur nuire?

Nous craignons parfois d’aimer comme la jeune servante, de déplaire à Dieu ou de discréditer notre témoignage, mais Jésus a mangé avec les publicains. Aimer les pécheurs ne devient un problème que lorsque nous diluons la Parole de Dieu par crainte d’offenser quelqu’un ou dérogeons à nos principes pour être acceptés. Est-ce votre cas? Trouvez-vous facile d’aimer les gens qui ne suivent pas Jésus? Vous inquiétez-vous de ce que votre amour les laisse supposer que vous approuvez leur mode de vie impie? Pouvez-vous demander au Seigneur de vous aider à les aimer de manière à leur faire le plus de bien possible tout en glorifiant Dieu?

Nous hésitons souvent à aborder des sujets délicats comme le péché et la sainteté. De nombreuses personnes ont une vue subjective du bien et du mal. Incapables de voir le péché dans leur propre vie, elles se nuisent souvent sans s’en rendre compte. Pensez-vous que nous sommes parfois appelés à leur signaler leur esclavage ou à leur faire remarquer leurs torts? (Pr 27.6). Pour ce faire, notre relation de proximité avec l’autre est souvent très utile. Cependant, de quelles manières un rapport étroit, comme avec un proche, peut-il être un obstacle?

Il peut être compliqué, à la fois pour l’Église dans son ensemble et par notre témoignage individuel, de démontrer simultanément l’amour et la justice de Dieu. Pour atteindre l’équilibre en toutes situations, nous devons avant tout dépendre du Saint-Esprit.


Illustration d’Adam Cruft

histoires connexes

Qu'advient-il de mes notes
BackgroundColor
Lumière
Aa
Sombre
Aa
Taille de police:
A
A
A