Devenir pur

image name


Pour aimer et être aimé, il faut accepter d’être vulnérable

Imaginez votre pasteur, votre enseignant ou votre patron à genoux devant vous en train de vous masser les pieds et de vous couper les ongles d’orteils. Cette idée vous embarrasse sans doute. Les disciples ont probablement ressenti un tel malaise quand, durant un souper de fête, Jésus, leur maître bien-aimé qui avait opéré des miracles dont Dieu seul est capable, a commencé à laver leurs pieds sales. Que voulait-il leur enseigner par ce geste?

Lire

Pour mieux profiter de la présente étude biblique, lisez Jean 13. Demandez d’abord au Seigneur de vous y montrer la vérité. En imaginant la scène, notez tout ce qui vous étonne, vous rend perplexe ou même vous offense. Par-dessus tout, faites confiance à Dieu; il est le meilleur enseignant.

Passage clé : Jean 13.1-17

Arrière-plan

Le Seigneur savait que son temps ici-bas arrivait à terme. Pourtant, bien qu’entièrement conscient du prix élevé qu’il était sur le point de payer, il a profité de son dernier repas pascal pour exprimer son amour envers ses disciples d’une manière étonnante et inspirante.

Réfléchir
Dans ce 13e chapitre de Jean, on trouve six fois le mot grec eido qui, selon la concordance Strong, veut dire comprendre.

Jean spécifie que Jésus connaissait et acceptait pleinement le plan du Père (Jn 12.27,28; 13.1). Que vous enseigne le fait que le Seigneur ait choisi sciemment de manifester de l’amour à ses disciples la veille de sa mort?

Imaginez-vous à leur place : quelqu’un que vous honorez vient laver vos pieds, qui devraient être propres.

Selon le verset 3, quelles sont les trois choses que Jésus savait, et qu’a-t-il fait en réaction? Comment la personne qui a une ferme assurance en son autorité, son identité et sa destinée en Dieu peut-elle manifester une attitude de serviteur? Voyez-vous une corrélation entre les deux dans votre vie?

Repensez à la situation du début, où votre pasteur ou un autre dirigeant exécute une tâche de subalterne pour vous. Considérez maintenant la réaction de Pierre au geste que Jésus a posé (v. 8). Qu’est-ce que les disciples ont dû ressentir en recevant les soins tendres et humbles de leur maître?

Notez que Jésus a lavé les pieds de tous les disciples, y compris Judas, qui nourrissait un secret diabolique. Que pouvait penser Judas à ce moment? Et lorsque Jésus lui a tendu le morceau de pain devant les autres, l’identifiant ainsi comme étant le traître (v. 26)?

Considérez ce que Jésus savait quand il s’est agenouillé devant Judas pour lui laver les pieds. Comment cela change-t-il vos pensées et vos interactions envers des gens qui vous sont hostiles? Nommez tout ce qui vous fait hésiter à les servir ou à prier pour eux. De quelle façon le verset 17 pourrait-il vous encourager à surmonter votre réticence?

Vous avez peut-être entendu l’expression « Le bon exemple est le meilleur enseignant. » Remarquez que Jésus a enseigné sa leçon au moyen de paroles et d’actions. Apprenez-vous mieux lorsqu’on vous explique une chose ou qu’on vous en fait la démonstration? Pourquoi? Rappelez-vous une chose que vous avez enseignée et qui aurait été mieux comprise si vous aviez utilisé l’approche de Jésus.


Suite de l’histoire
En Israël, le lavage des pieds était réservé au plus humble des serviteurs. D’autres détails que l’on néglige souvent de remarquer soulignent la tendresse et l’humilité étonnantes du geste de Jésus.

Dans son commentaire biblique, David Guzik note que, dans la culture juive du premier siècle, on procédait à ce rituel avant de servir le souper. Cependant, le verset 2 indique que Jésus a lavé les pieds des disciples pendant le souper (italique pour souligner). Imaginez-vous à leur place : quelqu’un que vous honorez vient  laver vos pieds, qui devraient être propres. Quelles émotions son geste suscite-t-il en vous? De la honte? De l’embarras? Comment cet exercice mental améliore-t-il votre compréhension de la réaction indignée de Pierre (v. 8)?

Jésus a profité de son dernier repas pascal pour exprimer son amour envers ses disciples d’une manière étonnante et inspirante.

Le commentaire de Guzik révèle également que les représentations les plus populaires de la dernière Cène dépeignent, à tort, Jésus assis à une table en compagnie de ses disciples. En fait, ils étaient allongés à une table basse en U, appelée triclinium. Imaginez de nouveau la scène; comment la posture des disciples souligne-t-elle leur vulnérabilité?

En cette soirée, le Seigneur visait à démontrer son amour à ses disciples (v. 1), mais son geste a manifestement causé de la gêne. Qu’est-ce que cela vous dit de la nature de l’amour? Êtes-vous mal à l’aise quand vous recevez de l’amour? Comment gérez-vous les expressions d’amour qui révèlent votre vulnérabilité?

Réfléchir

Servir avec amour exige de l’humilité, mais recevoir de l’amour exige aussi que nous baissions la garde.

Récapituler

Au cours des prochaines semaines, utilisez la partie suivante pour réviser l’étude et voir comment son message s’applique à votre vie.

Dans les Évangiles’exemple de service humble le plus connu est peut-être celui de Jésus qui lave les pieds de ses disciples. Cependant, cette scène recèle une plus grande beauté encore.

Au verset 8, remarquez comment Jésus répond à Pierre : « Si je ne te lave, tu n’auras point de part avec moi. » Selon la concordance Strong, le mot grec meros, peut vouloir dire « part » dans le sens de « lot » ou « destinée ». Quel était le but principal du lavement des pieds : la propreté ou la création de liens? Comment nourrir des relations personnelles exige-t-il que nous révélions des choses à notre sujet dont nous pourrions avoir honte?

Remarquez que c’est Jésus, et non Pierre, qui s’occupe du lavement des pieds. Si vous tentez souvent de résoudre vos propres problèmes, comment ce passage vous encourage-t-il à faire plutôt confiance au Seigneur?

Recevoir de l’amour peut certainement nous donner l’impression d’être au grand jour et vulnérables. C’est cependant lorsque nous laissons Jésus découvrir les épisodes les plus sombres et les plus fâcheux de notre vie que nous expérimentons son amour d’une manière personnelle. Au verset 10, Jésus dit : « Celui qui est baigné n’a besoin que de se laver les pieds pour être entièrement pur. » Comment cette déclaration concerne-t-elle le salut et la confession (Tit 3.5; 1 Jn 1.9)? Et comment la confession de nos péchés favorise-t-elle notre intimité avec Jésus (Ps 66.18)?

Pour enseigner à ses disciples comment poursuivre sa mission en son absence, il s’est servi d’un commandement qui leur était familier : « Tu aimeras ton prochain comme toi-même » (Lé 19.18). Puis il a fait monter les enchères : « Je vous donne un commandement nouveau : Aimez-vous les uns les autres; comme je vous ai aimés […] À ceci tous connaîtront que vous êtes mes disciples » (Jn 13.34,35). L’amour sacrificiel doit être la norme pour tous les disciples.


Illustration d’Adam Cruft

histoires connexes

Qu'advient-il de mes notes
BackgroundColor
Lumière
Aa
Sombre
Aa
Taille de police:
A
A
A