La Maison de lumière

r
image name


Sur la rive ouest de la mer de Galilée

se trouve un endroit tranquille appelé Tabgha, reconnu comme étant le lieu où Jésus a nourri plus de 5000 personnes. Derrière le stationnement, de l’autre côté d’une église byzantine, des adolescents arabes et juifs fréquentent un camp chrétien. Ils chantent et jouent de la guitare et du tambour jusqu’à ce qu’on les appelle pour leur enseigner à connaître Dieu et à le faire connaître.


Cette scène idyllique a pourtant commencé par une amère dispute familiale. « Mon père m’avait donné un terrain pour y bâtir une maison, se rappelle Anis Barhoum. Et mon frère aimait ce lot. » Quand Anis a entamé la construction de son domicile, sa famille s’est opposée à lui. Après un certain temps, Nawal, sa femme, a senti que Dieu voulait qu’ils partent et abandonnent leurs plans.

Le couple a déménagé dans un appartement et a attendu durant cinq ans. Dans ses prières, Nawal confiait leur future maison au Seigneur, tandis qu’Anis buvait à l’excès et se fâchait de plus en plus. Ils ont travaillé et économisé pour acheter un nouveau terrain à Shefá-Amer. Une fois la maison bâtie, Nawal a commencé à offrir des études bibliques aux enfants du voisinage. Anis partait et ne revenait chez lui que lorsque tout le monde était parti.

Un vendredi, l’étude s’est terminée plus tard que prévu et, en arrivant à la maison, Anis y a trouvé 70 enfants qui louaient Dieu. « Je ne pouvais pas entrer. Quelque chose m’a frappé et j’ai pleuré. » Il savait que ses larmes venaient du Seigneur et il a dit à sa femme : « Je suis avec toi; fais ce que tu veux. »

Leur demeure est devenue un lieu d’espoir. Ce qui a débuté par une étude biblique pour enfants il y a 35 ans est maintenant devenu la Maison de lumière, un ministère dédié non seulement aux enfants, mais aussi aux adolescents, aux adultes et même aux prisonniers et à leurs enfants.

Un vendredi, l’étude s’est terminée plus tard que prévu et, en arrivant à la maison, Anis a trouvé 70 enfants qui louaient Dieu. « Je ne pouvais pas entrer. Quelque chose m’a frappé et j’ai pleuré. »

Au camp annuel Tabgha, les ados reçoivent un Messenger In Touch (bible audio) qu’ils écoutent pendant qu’ils se promènent ou s’assoient sur la rive. Ces jeunes vivent ce qu’est le corps de Christ, et leur amour les uns pour les autres démontre au monde leur appartenance à Jésus. Ils grandissent et évangélisent ensemble.

« Quand on promet quelque chose à Dieu, dit Nawal, on doit être ouvert à ce qu’il nous montre. » Elle n’aurait jamais imaginé aimer et servir tant d’enfants, avec Anis à ses côtés.


Photo de Ben Rollins

histoires connexes

Qu'advient-il de mes notes
BackgroundColor
Lumière
Aa
Sombre
Aa
Taille de police:
A
A
A