Pas seule

image name


Par une journée d’hiver glaciale, en décembre 2003,

Donna Davis, la tête dans les mains, était penchée sur son bureau, chez elle à Philadelphie. Depuis des années, c’est là qu’elle lisait les méditations quotidiennes d’In Touch et goûtait la paix de Dieu. Mais maintenant, elle ne pouvait plus se concentrer. Pourquoi quelqu’un pointerait-il une arme vers la tête d’une personne? se répétait-elle. Pourquoi celle de mon fils?



Le 30 novembre, Ricky Davis, 23 ans, était à la maison, assis à table avec sa famille. Seulement quelques heures plus tard, il était abattu lors d’un vol à main armée. Il s’est avéré que Ricky a été tué par une connaissance.

Endeuillée, sa mère a fait tout ce qu’elle pouvait pour affronter le quotidien. Après qu’une amie lui a parlé d’un groupe récemment formé qui pourrait l’aider, elle a participé aux rencontres de Mothers in Charge, un organisme fondé par Dorothy Speight-Johnson, une chrétienne. Elle-même endeuillée, Dorothy avait perdu son fils Khaaliq, en 2001. Il avait été tué en représailles pour avoir séparé des gens qui se bagarraient pour un espace de stationnement. À la rencontre, Donna a été réconfortée de voir qu’elle n’était pas seule.

Par son travail auprès des jeunes en crise, Donna espère leur faire voir que la violence ne règle jamais les problèmes de la vie.

Les deux femmes ont récemment repris contact. Durant les 15 années qui s’étaient écoulées depuis leur première rencontre, elles ont canalisé leur douleur dans le but d’en aider d’autres. Donna est retournée aux études pour obtenir une maîtrise en éducation. Elle travaille aujourd’hui comme mentor dans un centre pour enfants victimes de violence familiale. Quant à Dorothy, sa passion pour le changement a porté ses fruits dans plusieurs grandes villes. Au cours des 16 dernières années, ses efforts ont permis d’aider des milliers de familles et d’influencer la législation visant à endiguer la violence.

L’organisme véhicule le message que la violence peut nous toucher tous, peu importe où et comment nous vivons. « Personne n’est en sécurité jusqu’à ce que nous soyons tous en sécurité », déclare Dorothy.

En rétrospective, Donna comprend que l’homme accusé du meurtre de son fils avait ses propres problèmes. Elle s’imagine lui dire : Vous souffriez tellement que vous deviez prendre la vie de quelqu’un? Par son travail auprès des jeunes en crise, Donna espère leur faire voir que la violence ne règle jamais les problèmes de la vie.

Avec une vision renouvelée, Donna retourne chaque matin à son bureau pour lire le magazine In Touch et écouter une émission du pasteur Stanley. Elle est encouragée de voir que Dieu utilise un homme pour en aider des millions. Son champ missionnaire à elle peut être plus petit que celui du pasteur, mais elle s’en occupe avec un courage et une conviction semblables.


Photo de Ben Rollins

histoires connexes

Qu'advient-il de mes notes
BackgroundColor
Lumière
Aa
Sombre
Aa
Taille de police:
A
A
A