Plus qu’un numéro

image name


Au début de chaque année scolaire,

Javett Smith se donne pour but de mémoriser rapidement le nom de chacun de ses élèves. Cette attention personnalisée les motive à bien travailler. Javett veut porter à ses élèves plus d’attention qu’elle n’en a reçu quand elle fréquentait l’école. Fillette docile, elle se sentait souvent ignorée, comme si elle avait été « juste un numéro ».

Javett veut porter à ses élèves plus d’attention qu’elle n’en a reçu quand elle fréquentait l’école, car elle se sentait souvent ignorée.

Au sujet de ses étudiants, elle affirme : « Ils sont nombreux à se croire idiots. Ils ont l’impression de ne pas pouvoir apprendre. » Son approche exige créativité et sensibilité. Un jour, exaspérée par la leçon, une jeune a tout simplement lancé son manuel à l’autre bout de la classe. Après avoir inspiré profondément, Javett lui a dit : « Ça va; on peut laisser tomber les maths pour aujourd’hui », puis elle est passée à un sujet différent. Ayant ressenti la même chose que ses élèves en grandissant, elle est à même de les comprendre. Ses profs ne l’encourageaient pas à parler en classe, et elle se sentait bête de poser des questions.

La classe de Javett est paisible, mais sa vie ne l’a pas toujours été. La première de sa famille à fréquenter l’université, elle a dû abandonner ses études en raison d’une grossesse. À la longue, elle a obtenu une maîtrise, tout en travaillant pour subvenir aux besoins de sa famille monoparentale.

Dans son moment le plus sombre, Javett a fui le conjoint qui la maltraitait et qui, plus tard, a été arrêté et accusé de tentative de meurtre. Sans emploi, elle a vécu avec son père et nourrissait ses fils de gruau de maïs pour leur remplir l’estomac. Elle lisait la Bible et priait, car elle avait besoin d’encouragements. C’est en écoutant la télé un dimanche qu’elle a découvert le pasteur Stanley. Elle a téléphoné au bureau et demandé qu’on lui envoie la revue In Touch.

???

Javett Smith en compagnie de ses fils
Xavier (à gauche) et Isiah (à droite).

image name

« J’ai enfin connu la paix lorsque je me suis mise à écouter le pasteur Stanley et à lire ses méditations », affirme Javett. Celle‑ci prenait beaucoup de notes dans les marges et relisait chaque numéro plusieurs fois. Elle a recommandé les écrits du pasteur à d’autres et elle utilise actuellement son matériel pour animer des études bibliques avec ses amis et sa famille. « J’ai un tas de livrets de méditations. Ils m’ont procuré de la force quand j’étais triste […], mais je dois m’appuyer sur mon identité en Christ. »

Comme elle enseigne dans une école chrétienne privée, Javett peut témoigner ouvertement de sa foi. Ayant appris à lui faire confiance, ses élèves lui parlent de leurs problèmes, et Javett leur parle de Jésus.

De nature tranquille, Javett n’aime pas attirer l’attention. Malgré tout, ses élèves et leurs parents lui ont décerné le titre de « Prof de l’année ». Touchée, Javett voit en ce prix un rappel du fait que Dieu la connaît intimement et que sa vie et sa vocation reposent entre ses mains.



Photo d’Eve Edelheit


histoires connexes

BackgroundColor
Lumière
Aa
Sombre
Aa
Taille de police:
A
A
A