Pour le meilleur et pour le pire

D
image name


Dieu nous connaît et nous aide

David a acquis une réputation de guerrier après sa victoire contre Goliath, mais il a toujours su où il se tenait par rapport à l’Éternel. Aucune armure, aucun bouclier ni aucun casque ne peuvent nous soustraire à son regard pénétrant. Cependant, pour l’enfant de Dieu, être connu de lui constitue une grande joie, car il nous connaît mieux que quiconque. Nous avons l’immense privilège de nous tenir sans crainte dans sa lumière.

Lire

Psaume 139

Arrière-plan

David a régné sur Israël mille ans avant la naissance de Jésus. Guerrier puissant, il a réussi à soumettre les royaumes environnants et à unir son peuple. Le doux psalmiste d’Israël a aussi décrit sa relation riche avec l’Éternel dans beaucoup de psaumes.

Réfléchir
À quel point Dieu me connaît‑il ou veut‑il me connaître?

Dans le Psaume 139, David célèbre la connaissance intime qu’a Dieu de lui, fait qu’il trouve incroyable, inexplicable et réconfortant. Le psaume débute ainsi : « Éternel! tu me sondes et tu me connais. » On a traduit le terme chaquar par « sonder ». Il signifie « explorer, examiner complètement ». Cet examen de la part de Dieu pourrait nous intimider, mais sachons qu’il se déroule toujours dans le contexte de son amour. Lorsque nous aimons une personne, nous passons du temps à mieux la connaître. Quel lien ce verset permet‑il de faire entre l’amour de Dieu et son examen minutieux de nous? Fournissez des exemples de votre vécu.

Cet examen de la part de Dieu pourrait nous intimider, mais sachons qu’il se déroule toujours dans le contexte de son amour.

Le mot hébreu yada a été traduit par « connais ». Il veut dire, entre autres, « être habile ». Pour être ferrés en langues ou dans les sports, nous devons prêter attention aux détails et persévérer. Que doit‑on comprendre par le fait d’être habile à connaître quelqu’un? Cela change‑t‑il votre compréhension de votre relation avec Dieu?

La Bible utilise souvent le vannage (zarah) pour représenter le jugement divin. Ce mot se trouve au verset 3, où on le traduit ainsi : « Et tu pénètres toutes mes voies. » Dans ce cas‑ci, le criblage n’est pas relié à la séparation, mais à l’évaluation de nos choix et de nos décisions. Plutôt que de nous terrifier, cette pensée devrait nous motiver à examiner avec soin nos actions. Vous êtes d’accord? Que changeriez‑vous si vous preniez conscience du fait que Dieu pèse vos décisions?

Les versets 1 à 6 démontrent que David avait saisi à quel point Dieu le connaissait bien. Pourquoi en était‑il si convaincu? Est‑ce possible pour nous d’en venir à une telle certitude? Décrivez une occasion où le Seigneur vous a montré qu’il vous connaît mieux que quiconque, même vous.

Suite de L’Histoire
Même si nous nous écartons du bon sentier, nous pouvons revenir au bercail.

Nous ressemblons à notre Père chaque fois que nous sommes compatissants envers un être plus fragile que nous.

Dieu nous connaît de fond en comble – non seulement nos qualités, mais aussi nos pires aspects : nos combats, nos mauvaises habitudes, nos pensées sombres. Malgré tout, David se réjouissait de savoir l’Éternel près de lui (v. 5,6,17). Quel rôle jouent la grâce et la miséricorde dans ce psaume? Comment avez‑vous pu vous réjouir de la faveur divine malgré vos manquements?

David est certain que Dieu va le conduire, même s’il se trouve dans des endroits éloignés (v. 8‑10). Dans les versets 7 à 12, où voyez‑vous le pardon? la direction? la correction?

Réfléchir
S’attribuer le mérite d’une œuvre de Dieu mène toujours au désastre. Par contre, plus on en reconnaît Jésus comme l’auteur et on l’en glorifie, plus il est libre d’agir. En outre, Dieu nous accorde le privilège de voir les autres le louer également.

Seule une grande confiance peut nous motiver à prier : « Sonde‑moi, ô Dieu, et connais mon cœur! » (v. 23). Nous pouvons lui adresser la même prière que David en lui demandant de nous conduire « sur la voie de l’éternité » (v. 24).


Aller plus loin

Approfondir ce passage

Au cœur même du Psaume 139 se trouve une réflexion sur la formation de l’être humain (v. 13‑16). Cette méditation d’un grand roi et guerrier sur l’innocence et la fragilité est révélatrice. La naissance émerveille la plupart des gens, mais cette méditation de David témoigne de la sagesse et de la sensibilité que Dieu accorde à ceux qui cherchent sa vérité et le vénèrent. Le monarque contemple avec tendresse le mystère de la procréation. Ses paroles nous aident à reconnaître le miracle qui se produit lorsque Dieu, par sa puissance, use de délicatesse envers un tout petit enfant, le roi y compris.

Quelles qualités sont requises pour réfléchir à un être très petit, fragile ou faible? Pourquoi avons‑nous besoin de courage? Avez‑vous fait cette expérience, avec un bébé ou un animal? Décrivez comment cela vous a touché et même transformé.

Nous ressemblons à notre Père chaque fois que nous sommes compatissants envers un être plus fragile que nous. Si, en plus, nous ne cachons pas notre faiblesse, notre fatigue ou nos imperfections, nous faisons preuve d’humilité et de confiance. Voyez‑vous ces deux aspects dans le psaume de David? Priez pour que Dieu vous montre que l’humilité aide à s’approcher de lui.

« Même les ténèbres ne sont pas obscures pour toi » (v. 12). Invitez Dieu dans chaque recoin de votre cœur. Vous connaissant parfaitement, il vous révélera le meilleur et le pire à votre sujet.


Illustration d’Adam Cruft

histoires connexes

BackgroundColor
Lumière
Aa
Sombre
Aa
Taille de police:
A
A
A