S’abaisser pour être élevé

image name


Comment adorer un Dieu souverain, glorieux et tout-puissant?

La grande roue a beaucoup évolué depuis sa première mise en marche en 1893. Mesurant presque 168 mètres, celle de Las Vegas, appelée High Roller, est deux fois plus haute que la version originale. Une fois assises en toute sécurité dans l’une de ses 28 cabines, plus de 1120 personnes peuvent s’élever à des hauteurs vertigineuses. Cela me rappelle une relation avec le Dieu de la création, où le croyant qui lui cède son cœur est assuré d’atteindre de nouvelles hauteurs.

Lire

Pour mieux profiter de la présente étude biblique, lisez 2 Samuel 6. Demandez d’abord au Seigneur de vous y montrer la vérité. En imaginant la scène, notez tout ce qui vous étonne, vous rend perplexe ou même vous offense. Par-dessus tout, faites confiance à Dieu; il est le meilleur enseignant.

Passage clé : 2 Samuel 6

Arrière-plan

L’arche de l’alliance est un objet sacré que Dieu a conçu pour symboliser sa présence parmi les Israélites. David, qui aime et recherche l’Éternel, et veut être en grâce auprès de lui, la fait monter à Jérusalem. C’est une occasion pour tout le peuple d’Israël d’adorer Dieu et, comme il se prépare à le célébrer, il reçoit un choc terrible. Même le grand roi David est en colère et effrayé quand le malheur frappe.

Réfléchir
Peut-ton ressentir simultanément l’amour et la crainte? Voudriez-vous de ce qui en découle?

Notre cœur n’est pas assez grand pour contenir la joie du Seigneur. Elle déborde comme un fleuve et répand des bienfaits sur ceux qui nous entourent.

Dieu veut que nous l’honorions et il prend plaisir à nous bénir, mais sa parfaite sainteté impose des exigences qui ne sont pas toujours faciles à satisfaire. Nous en trouvons un exemple dans l’histoire d’Uzza. Que ressentez-vous en lisant les versets 6 et 7? De la crainte? De la colère? De l’étonnement? Réagissez-vous différemment quand vous vous rappelez que Dieu avait ordonné aux sacrificateurs seuls de porter l’arche, au moyen des barres (No 4.15)?

Après la mort bouleversante d’Uzza, David fait conduire temporairement l’arche à la maison d’Obed-Edom et toute sa famille en est bénie (v. 11). Songez à un moment où vous vous êtes senti près de Dieu et béni par lui. Votre obéissance vous rassurait-elle? Expliquez comment cette histoire éclaire le rôle que Jésus joue dans votre vie. Comment pourrait-il vous aider à obéir? Comment pourrait-il vous servir d’arche?


Suite de l’histoire
Se soumettre à Dieu apporte de la joie. Nous humilier devant lui nous permet d’être remplis de sa vie glorieuse.

La concordance Strong indique que le mot hébreu pour adorer signifie « se prosterner devant un supérieur ». D’après cette définition, comment adorez-vous Dieu?

Dieu veut que nous l’honorions et il prend plaisir à nous bénir, mais sa parfaite sainteté impose des exigences qui ne sont pas toujours faciles à satisfaire.

Dans l’Ancien Testament, l’adoration, en plus de comporter une offrande, comprenait deux activités distinctes : se prosterner devant Dieu avec soumission et le louer avec joie. Quelle relation y a-t-il entre ces deux actions? Sont-elles différentes?

Imaginez la scène aux versets 13 à 15 où David tente pour la seconde fois de ramener l’arche. Une foule de gens le suit en chantant, en dansant et en jouant des instruments. Après l’échec de la première tentative, pourquoi le fait de s’arrêter après six pas était-il important?

Le verset 14 comprend l’une des plus grandes manifestations de joie de l’Écriture. Vous est-il arrivé de réellement danser devant lui ou de le faire en esprit de toute votre âme? Comment votre joie va-t-elle de pair avec le fait de vous abandonner à Dieu?

Après avoir adoré Dieu, David porte son attention sur le peuple (v. 18,19). Ses actions indiquent que notre cœur n’est pas assez grand pour contenir la joie du Seigneur. Elle déborde comme un fleuve et répand des bienfaits sur ceux qui nous entourent. Exprimez-vous votre joie au Seigneur de plusieurs façons? Comment une Église qui se concentre sur l’adoration pourrait-elle devenir un lieu d’amour et un témoin pour l’Évangile?

L’adoration est souvent une question privée ou une attitude du cœur exprimée silencieusement, mais elle est aussi un privilège de l’Église et une activité collective. Qu’est-ce que 2 Samuel 6 révèle sur la manière dont l’adoration collective profite à l’Église? Pensez à Uzza, à David, à Obed-Edom, à Mical et aux servantes.

Réfléchir

Sous la nouvelle alliance, les disciples de Jésus ont une raison spéciale de le louer et un besoin continu de l’adorer.

Comparez les actions de David aux instructions de Paul en Éphésiens 5.18-21, quand l’Église primitive apprenait à adorer Dieu sous la nouvelle alliance, celle de la grâce. La crainte est-elle présente dans ce passage? Si oui, quel aspect revêt-elle?

Ce passage est l’une des descriptions les plus claires de louange et d’adoration du Nouveau Testament et démontre la joie que partagent les croyants. Pourquoi le verset 21 est-il important?

Quand notre soumission à Dieu se transforme en gratitude envers sa souveraineté, l’adoration peut coexister en permanence avec la louange. C’est ainsi que nous pouvons chanter et célébrer de tout notre cœur les louanges du Seigneur.

Récapituler

Au cours des prochaines semaines, utilisez la partie suivante pour réviser l’étude et voir comment son message s’applique à votre vie.

Si adorer signifie « se prosterner » et exalter veut dire « être élevé », alors notre relation avec Dieu se compare vraiment au fait de monter dans une grande roue. Lorsque nous nous prosternons et nous soumettons à Dieu, nous élevons et louons son nom. Sa nature généreuse et aimante le porte à nous élever lorsque nous l’adorons. En réalité, le fait de nous abaisser permet à Dieu de nous élever (Mt 23.12) et de nous faire vivre une expérience inoubliable.

Trouvez-vous difficile d’imaginer ce que « se prosterner » ou « être élevé » ressemble au quotidien? L’adoration et la louange prennent plusieurs formes. Certains en font l’expérience pendant qu’ils travaillent ou regardent un coucher de soleil. Le croyant en Christ peut à la fois se soumettre à lui et ressentir de la joie (Col 3.17). Lisez le Psaume 66. Comment les gens ont-ils pu profiter de ce chant qu’on attribue à David à travers les âges ?

Ce psaume n’est pas seulement un cantique dédié à Dieu, mais aussi une exhortation aux auditeurs : « Poussez vers Dieu des cris de joie. » C’est une invitation plutôt qu’un commandement. Qu’est-ce que cela dit du rôle de la foi et des témoignages dans l’Église? Cherchez un psaume qui vous touche, puis, dans l’esprit d’Éphésiens 5.19, parlez-en à quelqu’un. Ou encore, écrivez le vôtre.

Comprendre la différence entre l’adoration et la soumission nous permet de les pratiquer ensemble. Lorsque nous nous abandonnons à la seigneurie de Dieu et nous ouvrons à recevoir sa vie, nous sommes en sécurité dans la cabine tout au haut de la grande roue, là où la vue est spectaculaire.


Illustration d’Adam Cruft

histoires connexes

Qu'advient-il de mes notes
BackgroundColor
Lumière
Aa
Sombre
Aa
Taille de police:
A
A
A