Suivre le maître

image name


Le chemin du disciple peut mener à une destination inconnue.

Quand les disciples ont entendu Jésus leur commander de prendre leur croix et de le suivre, ils ont dû être saisis d’angoisse et de crainte et se dire que cela les mènerait sûrement à la mort. Bien que suivre Jésus exige que nous mourions à nous-mêmes, la mort n’est pas la destination finale des disciples. Dieu n’est pas un directeur de pompes funèbres, mais un jardinier.

Lire

Pour mieux profiter de la présente étude biblique, lisez Jean 19 et 20. Demandez d’abord au Seigneur de vous y montrer la vérité. En imaginant la scène, notez tout ce qui vous étonne, vous rend perplexe ou même vous offense. Par-dessus tout, faites confiance à Dieu; il est le meilleur enseignant.

Passage clé : Jean 19

Arrière-plan

Divers dirigeants ont présidé le procès de Jésus : Caïphe, le souverain sacrificateur, Ponce Pilate, le gouverneur romain, et Hérode Antipas, le tétrarque de Galilée.

Réfléchir
La scène de Jésus devant Pilate représente une lutte épique pour le pouvoir entre le gouverneur, les chefs religieux et Jésus.

Remarquez que les sacrificateurs tentent de contraindre Pilate à faire exécuter Jésus à leur place (v. 4-7), puis notez l’interaction entre le gouverneur et le Seigneur aux versets 8 à 10. Cherchez, dans le discours de Pilate, des indices révélant sa peur croissante de Jésus. Comment son approche reflète-t-elle les tactiques intimidantes des sacrificateurs? Pourquoi veut-il que Jésus reconnaisse son pouvoir?

Chaque être humain recherche le jardin d’Éden, cet endroit de communion intime avec Dieu. Nous ne pouvons cependant pas éviter les conséquences de la chute ni revenir en arrière, mais seulement avancer vers la mort.

En lisant la réponse de Jésus (v. 11), rappelez-vous qu’il n’est pas seulement lié et détenu, mais qu’il a aussi subi des agressions brutales et humiliantes aux mains des soldats romains (v. 1-3). Comment vous imaginez-vous son timbre de voix et son comportement lorsqu’il rappelle à Pilate la souveraineté de Dieu?

Réfléchissez aux moments où Dieu s’est manifesté à vous de façon miraculeuse. Comment vous rappeler ces témoignages du passé influence-t-il votre façon de lui faire confiance aujourd’hui? Quelles histoires pouvez-vous transmettre aux générations futures pour leur inspirer foi en la fidélité de Dieu?

Jésus semble la personne la moins puissante dans cette situation. Pourquoi peut-il livrer un message si audacieux?

À la lumière des paroles de Jésus, reconsidérez toute la scène. Qu’y apprenez-vous quant au fait que les apparences d’une personne ne correspondent pas toujours à son pouvoir?

Relisez les versets 19 à 22 et réfléchissez au rôle que joue l’inscription que Pilate fait placer sur la croix dans sa lutte pour le pouvoir contre les Juifs. Pourquoi le gouverneur utilise-t-il la crucifixion de Jésus comme une occasion d’humilier les chefs religieux? Comment de nos jours utilise-t-on l’humiliation pour opprimer?

Suite de l’histoire
Après la mort de Jésus, deux de ses disciples secrets, Joseph d’Arimathée et Nicodème, s’occupent de son corps et l’ensevelissent.

Quand les disciples ont entendu Jésus leur commander de prendre leur croix et de le suivre, ils ont dû être saisis d’angoisse et de crainte et se dire que cela les mènerait sûrement à la mort.

La communauté juive considérait les préparatifs pour l’ensevelissement d’un mort comme une mitsvah, c’est-à-dire non seulement un privilège et une sainte responsabilité, mais un commandement. Pourquoi Dieu permet-il que ces deux disciples relativement inconnus s’occupent d’une charge si importante?

Imaginez-vous en train de préparer l’embaumement du Sauveur, de toucher sa peau froide, de porter son corps mort. Joseph et Nicodème ont dû être consternés devant cette réalité, mais leur implication reflète la victoire de la résurrection à venir, car les noms de Joseph et de Nicodème signifient respectivement « Dieu fera croître » et « Victoire du peuple ». Comment cette information vous fait-elle voir d’un autre œil la manière dont vous pourriez faire confiance à Dieu dans des situations difficiles et sans issue?

Réfléchir

Considérez ce que Jésus a dit quelques jours avant sa mort : « Si le grain de blé qui est tombé en terre ne meurt, il reste seul; mais, s’il meurt, il porte beaucoup de fruit » (Jn 12.24). Comment la crucifixion de Jésus correspond-elle à cette analogie?

Rappelons-nous que Jésus a exhorté plusieurs fois ses disciples à prendre leur croix et à le suivre (Mt 10.38,39; 16.24). Puisque dans la culture hébraïque, on associait la croix à une exécution brutale, où supposez-vous que les disciples s’attendaient à finir leur vie?

Nous lisons dans Jean 19.41 : « Or, il y avait un jardin dans le lieu où Jésus avait été crucifié, et dans le jardin un sépulcre neuf […]. » (C’est nous qui soulignons.) En pensant aux attentes probables des disciples, comment le mot jardin va-t-il à l’encontre des attentes des disciples et fait-il allusion au fait de perdre sa vie pour la gagner? Jésus a perdu sa vie et l’a regagnée au même endroit. Comment cette observation change-t-elle votre compréhension de ce que signifie prendre sa croix et suivre Jésus?

Même si nous connaissons bien l’histoire de la résurrection et que nous pouvons mieux que les disciples en comprendre le concept, il n’est jamais facile de mourir à nous-mêmes. Dieu est cependant un jardinier fidèle qui prend soin de chaque pierre tombale jusqu’à ce qu’il y surgisse une nouvelle vie.

Récapituler

Au cours des prochaines semaines, utilisez la partie suivante pour réviser l’étude et considérer comment son message s’applique à votre vie.

Imaginez-vous en train de marcher à l’aube du jour avec Dieu, comme le faisaient Adam et Ève. Que nous le reconnaissions ou non, chaque être humain recherche le jardin d’Éden, cet endroit de communion intime avec Dieu. Nous ne pouvons cependant pas éviter les conséquences de la chute ni revenir en arrière, mais seulement avancer vers la mort.

Jésus se réveille finalement dans un jardin, mais il n’est pas allé de lui-même dans le sépulcre. C’est Joseph et Nicodème qui se sont occupés de la préparation et du transport du corps de Jésus au moment où il était le plus vulnérable. Qu’est-ce que vous apprenez de cette situation qui pourrait vous servir quand, impuissant, vous devez faire confiance à Dieu et aux autres? Que ressentez-vous à l’idée de vous abandonner entièrement à Dieu?

Le cimetière n’est généralement pas un endroit très agréable pour les vivants. Ses aspects inconnu et inéluctable nous menacent. S’y aventurer, c’est aller vers le mystère, ce qui nous rend anxieux parce que nous ne pouvons pas maîtriser ce que nous ignorons. Considérez les domaines dans votre vie qui vous angoissent. À quoi ressemblerait mourir à vous-même? Gardez à l’esprit que cette pratique ne concerne pas que le salut. C’est un processus par lequel Dieu fait toutes choses nouvelles dans votre vie.

Comment enter dans votre « tombe » exige-t-il que vous lâchiez les commandes? Si cela vous effraie, qu’est-ce que vous voudriez que Dieu vous dise pour retrouver courage?

Une fois que vous prenez votre croix pour suivre Jésus, la destination est définie et il n’y a plus de retour en arrière. Toutefois, lorsque votre Golgotha se dessine à l’horizon, rappelez-vous que l’Évangile révèle que la mort précède la vie et que la seule porte donnant accès au jardin est la mort.


Illustration d’Adam Cruft

histoires connexes

Qu'advient-il de mes notes
BackgroundColor
Lumière
Aa
Sombre
Aa
Taille de police:
A
A
A