Transformer la tragédie en espoir

image name


Patricia Bigley

se tient à la fenêtre de son appartement du New Jersey. Elle vient d’y emménager et doit encore vider des boîtes. Elle a placé sur le rebord de la fenêtre l’un de ses biens les plus précieux : une photo de son fils, Brien. L’éclat de son sourire et de ses yeux bleus éclipse celui de son mortier et de sa toge. Pourtant, cette photo cache une triste réalité : à l’époque où elle a été prise, Brien consommait de l’héroïne. Il est mort d’une overdose en 2004.

Elle veut que les aînés sachent qu’il n’est jamais trop tard pour connaître Dieu ou pour apprendre qu’il nous connaît.



À la longue, Patricia a appris à pardonner : à ceux qui l’ont soumise à des sévices sexuels quand elle était petite; à son mari, qui a quitté le foyer lorsque les enfants étaient jeunes; et à elle‑même, qui s’est longtemps demandé ce qu’elle aurait pu faire de plus pour sauver son fils.

Patricia ne voulait pas d’enfants, mais lorsqu’elle est devenue enceinte de Brien, elle en a été ravie. Elle s’était récemment convertie et savait que Jésus pouvait transformer son cœur. Brien était un enfant heureux, mais au fil du temps, il est devenu triste. Patricia se sentait très impuissante devant la dépendance de son ado, et elle a souvent essayé d’obtenir de l’aide pour lui.

Depuis le décès de son fils, Patricia a canalisé sa douleur au profit du service. Elle fait du bénévolat auprès de programmes d’éducation en matière de toxicologie et, dans le contexte de son travail dans une résidence assistée, elle s’occupe des vulnérables : des aînés dont la santé mentale et physique est en déclin. Depuis longtemps, elle y tient une étude biblique hebdomadaire. Dieu transforme la douleur de son passé en grâce envers les résidents et, avec le temps, sa compréhension des difficultés que vivent les aînés, surtout en fin de vie, s’est approfondie.

Patricia compte sur le pasteur Stanley pour qu’il lui serve de mentor. En 2003, quand elle a appris qu’il devait prendre la parole près de chez elle, elle a quitté l’hôpital où Brien avait été admis en raison de sa consommation d’héroïne pour se rendre sur les lieux. Il s’agissait en fait d’une séance de signatures. Comme elle avait besoin d’essence et juste assez d’argent en poche pour combler ce besoin, un inconnu lui a acheté un exemplaire du livre. Lorsqu’elle est enfin arrivée devant le pasteur Stanley, il a prié pour elle et un employé d’In Touch les a pris en photo.

Chaque fois que Patricia se rappelle la séance
de signatures, elle en est réconfortée.

image name

Patricia s’inspire des enseignements de gens comme le pasteur Stanley pour préparer ses études bibliques, dont elle applique le message aux difficultés propres aux personnes âgées. Elle veut que celles‑ci sachent qu’il n’est jamais trop tard pour connaître Dieu ou pour apprendre qu’il nous connaît.

Chaque fois qu’elle ouvre sa bible d’étude Life Principles bien soulignée, elle en retire le signet : la photo du pasteur et d’elle lors de la séance de signatures. Cette photo lui rappelle toujours que Dieu l’invite à déposer chaque jour sa tristesse au pied de la croix.


Photos de Ben Rollins

histoires connexes

BackgroundColor
Lumière
Aa
Sombre
Aa
Taille de police:
A
A
A