Un homme comme moi

L
image name


La lumière du matin se reflétait sur la neige fondante,

forçant une luminosité malvenue à pénétrer les fenêtres de la cuisine. À peine levé, Jim Mansfield se disputait avec sa femme, Sue. La veille avait été un samedi soir typique : ils avaient trop bu pour tuer le temps. S’étant rendus au canapé en grognant, ils ont allumé la télé et se sont peu à peu tus.


Jim et sa femme avaient souvent vu le pasteur Charles Stanley à la télévision, mais ne s’étaient jamais arrêtés à l’écouter. Cette fois-là, ils n’ont pas changé de chaîne. Jim a senti qu’il entendait Dieu lui parler directement. À la fin de l’émission, le couple a discuté ensemble des convictions étranges que chacun ressentait. Puis Jim a dit : « Je pense que nous devrions aller à l’église. »

Ce n’était pas la première fois que Jim et Sue tentaient de prendre Dieu au sérieux ou de nettoyer leur vie. Des années auparavant, ils avaient essayé, mais sans en être transformés. Cette fois-ci, ils ont persévéré et trouvé la foi rédemptrice en Jésus-Christ ainsi qu’une Église accueillante.

Jim et sa femme avaient souvent vu le pasteur Charles Stanley à la télévision, mais ne s’étaient jamais arrêtés à l’écouter. Cette fois-là, ils n’ont pas changé de chaîne.

« Je pense au pasteur Stanley quand je considère ma marche, déclare Jim. Il joint le geste à la parole. » Jim travaille comme monteur de structures d’acier dans le domaine de la construction de viaducs depuis plus de 40 ans. « Je pense qu’il y a un grand ministère pour un homme comme moi dans cette industrie. » Il sait que les gars, loin de la maison pendant des jours et des semaines, se sentent isolés et qu’il leur est facile de perdre leur famille en passant toutes leurs soirées au bar. Il n’a pas caché sa foi ces cinq dernières années.

Jim garde dans sa voiture un lot de bibles usagées pour les donner quand l’occasion se présente. En écoutant ses collègues, il se tient prêt à communiquer l’espoir qui l’habite depuis sa conversion.

Même si certains se sont moqués de lui en disant : « Voici Dieu qui arrive! », Jim ne se laisse pas impressionner. « Les disciples ne s’assoient pas sur leurs lauriers », souligne-t-il. Quand un des hommes avoue qu’il veut se séparer de sa femme, Jim essaie de l’en dissuader et lui dit qu’il y a encore de l’espoir. Il se voit dans ces gars; il connaît leurs échecs et leur douleur. Quand il entend un jeune homme lui dire : « Ma mère a toujours prié pour que je rencontre quelqu’un comme toi », il voit Dieu racheter le temps.

histoires connexes

Qu'advient-il de mes notes
BackgroundColor
Lumière
Aa
Sombre
Aa
Taille de police:
A
A
A