Une église sans murs

image name


Danny Awad sonne la cloche

pour annoncer le service du dimanche matin à l’Église presbytérienne Baraka, à Bethléhem. Cette tradition date du 4e siècle, à l’époque où l’on pouvait entendre dans tout le Moyen-Orient des cloches appelant les croyants à venir à l’église. Jusqu’à récemment, la ville de Bethléhem, lieu de naissance de Jésus, était principalement chrétienne. Au cours des quelques dernières décennies, le christianisme est cependant devenu minoritaire puisque de plus en plus de familles ont choisi de partir en raison de la situation politique et économique en Cisjordanie.


« Il est très difficile de vivre ici », admet Danny. Isolée derrière un mur de plus de sept mètres, Baraka, l’une des rares assemblées évangéliques qui restent dans la région, est passée de plusieurs centaines de membres à moins de 50.

Danny a grandi en entendant son père, pasteur avant lui, lui raconter des histoires sur les années qui ont précédé l’érection du mur, quand l’Église avait des ressources abondantes, une assistance nombreuse et une forte croissance. Même si bien des choses ont changé sur les plans politique et économique, l’engagement au ministère n’a pas faibli. L’Église continue de superviser deux assemblées, l’une à Bethléhem et l’autre à Shepherd’s Gate, ainsi que deux centres d’évangélisation et divers petits groupes bibliques.

Beaucoup de parents musulmans y laissent leurs enfants semaine après semaine, même quand en retournant à la maison leurs petits chantent des chants chrétiens.

Elle s’occupe également de la Maison de l’espoir (House of Hope), un centre de santé pour jeunes ayant des besoins particuliers, qui ont été rejetés par leur famille traditionnellement musulmane. Nombre d’entre elles croient qu’un handicap est une malédiction d’Allah. Danny considère que les enseignements bibliques du Messenger d’In Touch lui sont utiles pour offrir une perspective chrétienne sur le sujet, particulièrement dans son travail auprès des enfants aveugles et de ceux qui accusent un retard de développement. Beaucoup de ces jeunes sont devenus chrétiens après avoir entendu parler de la Parole de Dieu et ressenti l’amour de la congrégation du pasteur Danny.

Baraka gère aussi une garderie qui jouit d’une bonne réputation au sein de la population locale. Pleinement conscients de son orientation chrétienne, beaucoup de parents musulmans y laissent leurs enfants semaine après semaine, même quand en retournant à la maison leurs petits chantent des chants chrétiens.

Danny prie toujours pour obtenir plus d’ouvriers et de ressources. « Bien des gens viennent à Christ ici, raconte-t-il. Nous baptisons beaucoup de musulmans. » Malgré les obstacles politiques considérables et les épreuves économiques que ces chrétiens affrontent, Danny croit que, lorsque Dieu bâtit son Église, aucune barrière physique ou spirituelle ne peut la vaincre.


Photo de Ben Rollins

histoires connexes

Qu'advient-il de mes notes
BackgroundColor
Lumière
Aa
Sombre
Aa
Taille de police:
A
A
A