La formation divine

  • décembre 07, 2018
vendredi 07

HÉBREUX 12.4‑11

Pour mieux nous représenter l’amour de Dieu quand il nous corrige, repensons à notre enfance. Nous avons peut‑être entendu nos parents nous dire qu’il leur était plus difficile de nous imposer une correction qu’à nous de la subir. À l’époque, nous ne les avons probablement pas crus. Nous ne les avons pas compris non plus, jusqu’à ce que nous devenions adultes. Le châtiment fait mal tant à celui qui l’administre qu’à celui qui le reçoit, mais ses bienfaits surpassent la souffrance qu’il cause.

Les parents consciencieux aiment assez leurs enfants pour voir plus loin que leur confort immédiat et réfléchir à leur bien à long terme : la transformation de jeunes égoïstes en adultes sages et aimants. De même, notre Père veut faire mûrir les siens; sa correction s’intègre nécessairement au processus et nous prouve sa bonté et son amour.

Si Dieu connaît le meilleur moyen de nous façonner, le résultat dépend de notre attitude et de notre réaction à l’épreuve. Nous pouvons prendre le parti d’y céder et d’en être transformés, ou nous pouvons nous rebeller et gaspiller une occasion de ressembler davantage à Christ. Dieu vise toujours notre bien, mais en optant pour notre voie, nous rejetons ses dons excellents et l’attristons.

Si nous n’alignons pas nos pensées sur l’Écriture, la douleur que provoque la correction pourrait nous inciter à devenir amers et coléreux, et à nourrir un faux concept de Dieu. Choisissons plutôt de nous soumettre à sa volonté parfaite et à sa formation. Il produira le fruit de la justice dans notre vie.

LA BIBLE EN UN AN : ÉPHÉSIENS 1 – 3

Qu'advient-il de mes notes
BackgroundColor
Lumière
Aa
Sombre
Aa
Taille de police:
A
A
A
loader
Date de publication décembre 15, 2018
Déçus des autres

Read Now
DailyDevotionNotFound
DevotionArchiveNotAvailable