Passer au contenu principal
Article de fond

Une voix réconfortante

John VandenOever 1 août 2022

Photos de Ben Rollins

→ LIZ KAWASAKI AVAIT PASSÉ LA NUIT À L’HÔPITAL auprès de son oncle. La voix réconfortante du prédicateur à la télé lui semblait connue, mais elle n’arrivait pas à l’identifier. Le pasteur Stanley parlait du plan de Dieu pour Joseph, qui avait vécu bien des épreuves, y compris la trahison de ses frères. 

Liz pouvait s’identifier à Joseph. En l’espace de dix ans, elle avait perdu ses deux parents et s’était brouillée avec ses frères. Et les médecins venaient de lui annoncer que son oncle, après avoir subi un AVC, en avait pour moins d’un an.

Après avoir entendu le message du pasteur, Liz a prié Dieu de lui révéler sa volonté pour elle. Ayant par la suite pris un congé sabbatique, elle a accueilli son oncle chez elle pour lui procurer les meilleurs soins possibles. 

Vérificatrice institutionnelle, Liz avait fourni des analyses détaillées à ses clients aux prises avec des difficultés financières. Elle s’est occupée de son oncle avec le même souci du détail. À la longue, il a pu se sevrer de ses médicaments et, huit ans plus tard, âgé de plus de 80 ans, il est en bonne santé. Au moment où il est devenu malade, Liz s’est toutefois sentie très seule, car elle devait sans cesse surveiller son patient désorienté.

Elle avait cru à beaucoup de mensonges. Elle pensait qu’il lui suffisait d’être chrétienne le dimanche. 

La nuit que Liz a passée à l’hôpital a contribué à bien plus qu’à un changement de direction professionnelle. Le Seigneur lui a alors révélé qu’elle avait cru à beaucoup de mensonges. Elle pensait qu’il lui suffisait d’être chrétienne le dimanche, mais elle a compris qu’elle était prisonnière de certaines habitudes et de certains comportements depuis des décennies. « Dieu m’a libérée de la rancune, de la culpabilité et de la douleur que je ressassais constamment. »

Elle se rappelle que, lorsqu’elle vivait chez ses parents, elle tombait endormie sur le divan en regardant les émissions de fin de soirée du samedi. Le lendemain, c’est la voix de sa mère qui chantait avec le chœur d’In Touch qui la réveillait. Puis le pasteur prêchait, et sa mère prenait des notes jusqu’à ce que l’heure vienne de se rendre à l’église.

Et voilà que Liz écoutait de nouveau le pasteur Stanley, et que ses prédications stimulaient sa croissance spirituelle. Elle a créé une entreprise en ligne, ce qui lui a permis de connaître des gens et, en 2020, elle s’est jointe au groupe Facebook d’In Touch. Elle y a rencontré beaucoup de chrétiens qui écoutaient les enseignements du pasteur et qui voulaient garder le contact entre eux. 

Liz a communiqué avec in Touch, et on lui a suggéré de démarrer un nouveau groupe. Cette idée la rendait nerveuse, mais des amis de son ancien groupe l’ont soutenue. À l’heure actuelle, des gens de Porto Rico à Hawaï modèrent un groupe de plus de 600 membres qui suivent les études du pasteur. On affiche du contenu d’In Touch, et les membres parlent de ce que Dieu fait dans leur vie. On prie aussi pour plus de 400 personnes durant les trois appels hebdomadaires. Entre‑temps, Liz téléphone souvent à une personne en besoin d’écoute ou de réconfort.

 

Pour garder une promesse faite à sa mère, Liz s’occupe de son oncle depuis plus de huit ans.

« Si vous m’aviez dit, il y a cinq ans, que je m’occuperais d’un tel projet, je vous aurais répondu que vous étiez fou, affirme‑t‑elle en riant. Je voue maintenant ma vie au service des autres; c’est tout ce à quoi je peux penser. » Comme pour Joseph, Liz estime que, dans ses jours sombres, le Seigneur la formait en vue d’aider ceux qui se sentent isolés et qui ont besoin de l’amour sans égal de Dieu.

Autres articles